Eglise orthodoxe Eglise Baptiste L'église de la Pentecôte Le livre d'or

Ipotesti - religion

Dans  la commune il y a trois églises orthodoxes, une baptiste et l’église de la Pentecôte.

 Le peu de familles catholiques croyantes vont à l’église de Suceava.

Beaucoup d’orthodoxes se sont convertis au culte protestant évangéliste Baptiste  et à celui de l’église de la Pentecôte après la révolution de 1989.
 

L'Eglise Orthodoxe

Mariage, Baptême, Enterrement, Pâques, Dumineca Mare ( la Pentecôte), Noël, Nouvelle Année, Boboteaza (Epiphanie)

 


Le prêtre Volosciuc

Le Prêtre Balan

Le Prêtre Emil Truşcan

Le Prêtre Laurenţiu Milici


Le Prêtre Ioan Danalache


Le Prêtre Constantin Bobu

 

 

 

 

La première église orthodoxe d'Ipotesti fut construite en bois, dans la région de Câmpulung  en 1830 et ramenée au village. Les prêtres qui ont servi cette église ont été: Nicolae Savescu (1834-1835), Gherasim Grigorovici et A. Zebacinschi moines  du monastère Dragomirna (1835-1873), Georgi Gregorovici (1873-1874), Ioan Grigorovici (1874-1909), Eugen Sîrbu (1909-1910), Ion Volosciuc ( 1910-1940), Balan (1940-1946), Emil Truscan (1946-1957), Laurentiu Milici (1957-1985), Ioan Danalache (1985-1995), Constantin Bobu (1995- présent), Gabriel Muntean (2003- présent).

En 1995 on a bâti une nouvelle église sur les fondements de l'ancienne, une église bien solide et joliment décorée à l'intérieur avec des fresques murales.

L'Eglise Orthodoxe d' Ipotesti en images:

 

 

 

         
         
 
Le comité de l'église 1970

La chorale de l'église 1962

La chorale de l'église 1965
 
         

 

 

L'église orthodoxe de Tisautzi

  L'église orthodoxe de Lisaura

 

 

Cimetières  & Enterrements

En général existe un petit cimetière autour de chaque église orthodoxe et un autre dans le village.

 

La tombe de Gicu Lukan Lukan Gicu         L'arbre à offrandes

Au village, on ne fait pas appel encore aux services des pompes funèbres. La famille, les voisins, les amis du défunt font les préparatifs de la cérémonie.  On respecte les rites orthodoxes. On couvre d'abord d'une toile de couleur foncée tous les miroirs de la maison et tout ce qui pourrait refléter une image. On fait la toilette du défunt et on l'habille de ses plus beaux habits. Il est installé dans un cercueil et gardé sur une table dans la pièce "casa mare". La famille se vêtit en noir, les femmes défont leur cheveux, les hommes laissent pousser leur barbe en signe de deuil. L'enterrement a lieu le troisième jour après le décès. Les deux premières soirées le prêtre et les gens viennent faire la veillée. Une bougie brûle constamment au chevet du défunt pour lui éclairer le chemin vers l'éternité. Le deuxième jour, on charge "l'arbre" avec des offrandes (fruits, bombons, gâteaux, petites brioches, fleurs...), on prépare les "sarmale" (feuilles de choux farcies), la "coliva" (le gâteau de blé) et les couronnes de pain tressé, le repas qui va être offert  pour l'âme du défunt. La charrette qui va transporter le cercueil est joliment décorée avec des tapis et des fleurs. Les obsèques commencent généralement a 13h. Le cortège est précédé par les couronnes, puis par l'arbre aux offrandes, le gâteau de blé, les bannières, la chorale de l'église et parfois par une fanfare qui accompagne le cortège du chant de la "doina", les prêtres, la charrette avec le cercueil découvert, et enfin les gens du village. Au cours de son trajet vers l'église, le cortège marque un arrêt devant les maisons de la famille. Apres l'enterrement, on offre au cimetière un repas sobre ("sarmale", pain, "coliva" et de la boisson) à tous les participants aux obsèques.

Parastas Coliva (le gâteau de blé) Protzese ou  les bannières La charrette qui va transporter le cercueil La préparation du cortège Tête du cortège  
       
    A l'église L'offrande
(sarmale & pain)
Au cimetière    

______________________________________________________

       
    La chorale 1970 1963 1930    

______________________________________________________

Le deuil de la famille dure une année. Les six dimanches suivant l’enterrement une messe est dédiée au défunt. Six mois après, une autre. Au premier anniversaire une dernière messe et un grand parastas marque la fin du deuil. A cette occasion on fait encore des offrandes pour l’âme du mort : « colac » qui est un pain tressé et une bougie ainsi que des sarmale, coliva et vin pour tous les participants à la messe.

 

   
  Parastas nov. 1963
Hreniuc Vasile (Sculi)
Colac (pain tressé) & bougie Parastas années '80  

Mise à jour le 22-avr.-2015

 

Copyright © 2006-2012 Maritza Hreniuc. All Rights Reserved.