Ipotesti
 

Maison Traditionnelle

 

 

L’habitation paysanne traditionnelle comprenait la maison, la « sura » et son « grajd » (la  grange ou l’étable et son hangar), une  dépendance « sopron » ou on gardait la réserve de bois à chauffer, un « cotetz » ou ( une soue pour 2 ou 3  cochons), une cuisine d’été, un puits, un « cosar » (panier énorme pour garder la réserve d’épis  de mais), la cour était  généralement très spacieuse, derrière la maison : les toilettes en bois, le jardin potager fleuri aussi et le verger

La maison était bâtie en bois, brique ou « carpici » (briques faites avec un mélange de boue et de paille) et était toujours orienté vers le sud. Elle contenait deux pièces : « casa » et « casa mare », séparées par une « tinda » ,couloir qui mène vers la  « zahata » et où il y avait une échelle qui menait au  grenier.  Le « Zahata », sorte de préau, longeait l’arrière de la maison dans toute sa longueur. En ukrainien « za hatu » veut dire derrière la maison

La « casa » était habitée par toute la famille peu importe sa grandeur. La « soba »,  l’élément principal de la pièce où on cuisinait, faisait cuire le pain et même dormir, occupait un quart de la pièce. « Casa mare » n’avait pas de chauffage et ici on gardait les objets de valeur de la famille, la dote de la mariée. Elle était joliment décorée. Les enfants jusqu’à 16 ans n’avaient pas le droit d’y entrer. Cette pièce était ouverte pour des occasions exceptionnelles et notamment pour recevoir des invités pour la fête de la Pentecôte, les baptêmes, les fiançailles, les mariage ou les enterrements. La maison était entourée par un « gang », sorte de balconnet en bois.

Dans le « grajd », on gardaient les vaches et les chevaux et dans la « sura » qui était contiguë au « grajd »,  on gardait la paille, le foin, la charrette, le traîneau, la charrue. Ici, il y avait aussi la cave où on gardait les conserves pour l’hiver. Les pommes de terre, les poires et les pommes étaient enterrés à la fin octobre et bien protégées pour ne pas geler en hiver.

« Cotetz », c’était l’endroit où on garde les cochons et dans le « Cosar » (cochar), les épis de maïs. Agréable était aussi la petite cuisine d’été, ou comme disait grand-mère, « la cuhnia », grande de 2 m², bâtie avec des planches  en bois. A l’intérieur, une petite « soba » avec sa « plita » (la plaque en fonte), son petit four, une petite table, une chaise et un banc. Les ustensiles de cuisine accrochés au mur et les assiettes dans le « zamesnec » un vaisselier  en bois. Celui qui était chanceux d’être près d’une source d’eau. avait aussi un puits dans la cour sinon les gens allaient loin remplir les seaux  et ramener la réserve d’eau à la maison.

 

Casa

   
    Soba ^Dans la casa   Soba pour chauffage  

 

Casa Mare

   
  La dote          
       
             

 

Les Dépendances ...

 

Cuhnia Cuhnia ou la cuisine d'été Métier à tisser La charette Coshar   Sura
             
        Siscornitza    
       
    Râsnitza Râsnitza Une cour    

 

Les puits

 

             
       
             

 

Maisons modernes

 

             
   
             
           

Mise à jour le 09-juin-2007

Copyright © 2006 Maritza Hreniuc. All Rights Reserved.